Quelles toilettes sèches écologiques choisir ?

Les toilettes sèches écologiques ont bien évoluées dans le temps. Ainsi, de cabanes malodorantes elles sont devenues confortables, et facile d’utilisation.

Quel type de toilettes sèches écologiques existe t il ?

cabane au fond du jardin
cabane au fond du jardin

Je me souviens, quand j’étais enfant, des toilettes au fond du jardin de la maison de mes grands parents. Il fallait que je sois vraiment obligé pour les utiliser. Une simple fosse, un plancher avec un trou dedans, une odeur nauséabonde, et par ce trou, une vision terrifiante de vers à queue (Les larves de l’Eristale) qui me mettait une trouille sans nom… mais je sens que je vous coupe l’appétit.. Continuons..

Les déchets étaient acheminés via une perche, avec une casserole attachée au bout. Ils imprégnaient le compost de déchets végétaux issus du jardin, qui compostaient jusqu’à la prochaine saison de jardinage. Cela donnait des légumes d’une taille étonnante.

Mais cette pratique est désormais révolu. On ne peut pas appeler ce type de sanitaire des toilettes sèches écologiques.

Les toilettes sèches écologiques peuvent se définir ainsi :

  • Absence d’eau pour l’évacuation des fèces et de l’urine.
  • Étanchéité du réceptacle.
  • Conditions d’hygiène pour l’usager.
  • Retraitement des déchets sans l’usage de l’eau.
  • Et valorisation par retour à la terre des matières traitées

Dans les années 70-80, avec les babas cool, dont je faisais parti, les toilettes n’étaient pas toujours au rendez vous dans les habitats ruraux que nous occupions.

Inspirées des pays scandinaves, mais simplifiés, nos toilettes sèches écologiques se composaient d’une poubelle de 100 litres, d’un couvercle en bois percé d’un trou en guise d’assise et une poignée de sciure à chaque passage. Installées dehors, elles nous permettaient une méditation au soleil levant….

Nous avions réinventé les toilettes a litière biomaitrisée à peu de frais !
Pas d’odeur, pas d’eau, pas d’assainissement, uniquement un compostage sommaire.
Ces toilettes sèches écologiques se sont améliorées avec le temps.
Voici actuellement les différentes catégories de toilettes sèches telles que nous pouvons les répertorier :

Les toilettes sèches à compost ou TLB toilettes à litière biomaitrisée:

toilette sèche d'intérieur I CAG Premier
Les plus simples et les plus utilisées, elles sont reconnues par la loi. Vous les trouvez dans le commerce ou chez les artisans comme nous. Elles peuvent également être réalisées par vos soins, de façon simple ou plus sophistiquée, à votre choix et votre compétence bricoleuse.

Pour cela il faut, un contenant, une assise, de la matière carbonée (sciure ou autre), une zone extérieure pour le compostage et un composteur bien sur.Les fèces et les urines rejoignent le même réceptacle.

Une variante des toilettes sèches à litière nommées toilettes sèches à séparation, consiste comme leur nom l’indique, à séparer les déchets solides et l’urine.
Les déchets solides et la litière rejoignent le compost. L’urine quand à elle, est stockée dans un bidon et rejoint les eaux grises pour le traitement.

A notre sens ce système ne présente pas de gros avantage, enlever du poids dans le seau, une vidange plus espacée et une présence d’odeurs qui se développent lorsque les 2 ingrédients ne sont pas réunis, l’urine et les fèces…
Et des inconvénients plus évidents, installation d’une évacuation pour l’urine, un compostage qui se fait moins bien à cause de l’absence de l’azote apportée par l’urine. Et le montage, dans les toilettes sèches d’un système de séparation, qui entraîne un nettoyage plus compliquée.

Les toilettes sèches à lombricompostage :

lombricompostage
les vers de terre au travail!

Ces toilettes sèches écologiques fonctionnent de la même façon que les toilettes sèches à compost. La différence, réside dans le processus de traitement des déchets.

Les fèces et les urines tombent dans uns cuve inférieure qui demande une installation particulière.
Parfois une micro chasse d’eau sous haute pression facilite l’évacuation des excréments quand la cuve est éloignée des toilettes.
Les déchets solides et les jus sont alors séparés par dégrillage dans la cuve.

Le système repose sur l’élevage de vers de compost dans les déchets solides, qui digèrent ces matières pour les transformer en humus, en leur faisant perdre une grosse partie de leur volume.
Les jus se dessèchent grâce à une ventilation de la cuve.

Le fonctionnement de ces toilettes sèches à lombricompostage évite une vidange fréquente, l’entretien peut se faire tous les 5 à 10 ans selon la fréquentation.
Mais le gros inconvénient réside dans l’installation de ce type de toilette seche qui doit être prévue lors de la construction d’une maison.
Cependant, des toilettes sèches à lombricompostage plus simples peuvent être installées à l’extérieur en profitant d’un dénivelé du terrain.
Ce système reste onéreux, et son fonctionnement est délicat, il ne faut pas oublier il faut gérer les bébêtes qui font le travail dans la cuve.

Les toilettes sèches à déshydratation :

toilettes sèches à séparation
principe des toilettes sèches à séparation

Toujours pareil, une assise, une cuve inférieure, pas de sciure.
Les déchets solides et les lixiviats (urine souillée par un contact avec les fèces) sont séparés, soit à la source, soit par dégrillage.
Par différents systèmes, soit par ventilation, soit par convection, ou les deux réunis, les déchets solides sont partiellement déshydratés.
Les matières fécales perdent une grande partie de leur poids, elles sont composées de 90% d’eau, deviennent faiblement odorantes et peu contaminantes.

En revanche, dans la majeure partie des cas, ces toilettes sèches par déshydratation nécessitent l’enfouissement de la cuve de stockage.

Lors de l’entretien, les déchets solides doivent être retraités par compostage, ce qui peut poser des problèmes vu le volume de matière. Grands composteurs, aire de compostage étanche et manipulation importante.

En effet, l’épandage de l’urine en France est réglementé par une norme européenne d’épandage agricole de l’azote. Il faudrait un jardin de 250m2 par personne pour résorber la production d’urine, voir l’excellent article EAUTARCIE (http://www.eautarcie.org/05a.html)

Les déchets solides et liquides peuvent aussi être récupérés par un hydrocureur, (l’entreprise qui vide les fosses septiques) et rejoindre les systèmes d’assainissement classiques.
Dans ce cas là, les toilettes sèches, n’ont qu’un intérêt pratique, pas de réseaux et beaucoup de fréquentation, et que peu d’intérêt écologique.

Ces toilettes à déshydratation, sont onéreuses du fait de leur technologie, et n’ont d’intérêt que dans les zones à forte fréquentation du public et dans un endroit ou il est difficile d’installer d’autres systèmes.
Nous proposons notre propre système de toilettes sèches par déshydratation entièrement automatiques et connectées voir le descriptif dans notre boutique.
Je vous passe les systèmes de toilettes sèches équipés d’une résistance électrique qui déshydrate les déchets…..

Enfin la toilette sèche écologique et magique

:
Une assise bien sur, et rien dessous !
Le caca et le pipi sont désintégrés lors de l’expulsion, par un rayon magique dont nous avons le secret !.
Pas de vidange, pas d’entretien, pas d’odeur.
Le bonheur en quelque sorte…
Je plaisante bien sur !

Conclusion :

En définitive, il existe de nombreux systèmes avec des variantes, et chacun doit trouver son choix.
Aucunes ne gâchent de l’eau, en revanche avec une valorisation des déchets plus ou moins évidente. Le prix des toilettes sèches fluctuant entre quelques euros pour les plus sommaires, et quelques milliers d’euros pour les plus sophistiquées.
Vous devez réfléchir avant de vous lancer, mais l’action écologique doit vous décider..
Pensez aux générations futures et préservez la planète !